Bienséance autour d’une tasse de café

Bienséance autour d’une tasse de café

Savoir-vivre à l’orientale

Si vous êtes invitée à prendre le café turc, et que l’on vient de vous servir, patientez quelques minutes avant de le déguster. Le café est brûlant puisqu’il a bouilli. Souvenez-vous, il ne faut pas l’agiter, mais le laisser décanter, d’ailleurs on ne vous servira pas de petite cuiller. Quoi qu’il en soit, n’avalez pas le marc, arrêtez-vous quand ça devient épais sur la langue et ne faites pas de grimace si c’est trop tard ; rincez avec le verre d’eau sans souffler mot. Enfin, remerciez votre hôte pour vous avoir servi cette merveille qu’on appelle le café, ce nectar qui a traversé les siècles, qui a essuyé plus d’une polémique et astreint plus d’un eunuque.

Ensuite, prenez un air désintéressé mais considérez bien les visages, attendez le signal soit de la maîtresse de maison, soit d’une personne plus âgée. Les comportements sont codifiés et réglés comme des scènes de théâtre, nul besoin d’avoir lu Goffman, pour comprendre ça. Ici nous sommes à un carrefour crucial entre, la tradition séculaire : ce qu’on attend de vous, la bienséance : vous savez ce qui est attendu de vous, et les affres de la curiosité : ces considérations interactionnistes vous passent au-dessus.Service du café

Néanmoins, attendez poliment que Emine Hanım finisse de vanter les mérites de sa fille, qu’elle cherche à caser (mais pas trop car ça dépend du mari, de la famille du mari, des finances du mari etc.) laquelle est d’ailleurs présente et rouge de honte. Laissez la voisine du dessus prétendre qu’elle ne connaît pas le dernier feuilleton en date, et que Defne Hanım (divorcée deux fois) ne s’est pas faite botoxer là-bas, « en Europe ».

Bref, laissez les autres faire semblant, évitez l’irrévocable, même si vous attendez toutes la même chose : est-ce qu’on retourne sa tasse ou pas ?

Va-t-il y avoir une « séance » ou pas ?

Y a t-il une liseuse de café dans la salle, bon sang !

Je vous avais bien dit de ne pas avaler le marc…

Voyance en prime

D’un signe de tête, d’un petit oui, que l’on veut sans chichi, la voyante vient d’accepter ou vient de proposer elle-même de passer vos tasses en revue. Évidemment tous les regards clignotent, les espoirs renaissent ; c’est comme si on retrouvait l’interrupteur dans un sous-sol froid et humide, un soir de novembre. Ces quelques secondes, sont le seul moment où les masques tombent. Vous devinez alors que Emine Hanım se demande si elle a été à la hauteur dans l’éducation de sa fille, que la voisine du dessus s’ennuie à mourir seule chez elle et que, Defne Hanım aimerait rentrer « au pays » pour de bon.

Quant à a voyante, qui n’est pas réellement une voyante de métier, simplement une des nombreuses femmes qui pratiquent cette technique de divination dans le marc de café, aussi appelée « cafédomancie » (j’ai rarement entendu un mot aussi laid) cette dame donc a été invitée à dessein. Son talent est reconnu, et bien qu’elle affecte un flegme tout britannique, elle est parfaitement consciente de son aura « sans chichi ».

Couvrez seulement alors votre tasse avec l’intérieur de la soucoupe.

Faites un vœu, pensez à quelque chose qui vous préoccupe, à laquelle vous voulez une réponse.

Prenez ainsi la sculpture entre le pouce et le majeur et d’un geste, retourner le tout sans satelliser la soucoupe.

Laissez décanter dans l’autre sens en attendant que le cul refroidisse.

Ouvrez : déjà, si ça fait ventouse, le vœu sera exaucé, en tout cas c’est de bon augure.

Pour le reste, ça va dépendre de la voyante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Shopping, luxe et design – 1er au 16 juillet

Festival de Jazz 24e – Du 4 au 21 juillet

Traversée du Bosphore à la nage – 23 juillet

© 2017 Istanbul Pera