CosmoPolis la Cité sur le Bosphore

CosmoPolis la Cité sur le Bosphore

Istanbul, Cité éternelle

Istanbul et le Bosphore
Istanbul et le Bosphore

Située de part et d’autre du détroit du Bosphore Boğaz, Istanbul jette des ponts, enfouis ses métros, enjambe les continents et diligente ses vapur si bien que, même morcelée, elle garde réunis l’Orient et l’Occident.

Sous le même soleil, la Cité blottit ses différentes communautés : Turcs, Arméniens, Syriens, Juifs, Kurdes, Grecs, Alévis etc., vaquent ainsi à leurs occupations. Certains consolent leurs identités, d’autres célèbrent leurs fêtes mais, tous râlent dans les mêmes embouteillages et s’émeuvent des mêmes périls.

L’âme de cette ville a toujours préexisté à ses incarnations successives : elle est la Polis des Grecs anciens, la Bolis des Arméniens, Tsarigrad « la ville des Tsars » des Slaves, la « gardienne des détroits », mais elle est surtout La Cité par excellence, et pour moi, la mythique destination de l’Orient-Express.

Complètement « Istanbul » depuis 1930 seulement, elle fut, Lygos pour Pline l’Ancien, puis Byzance, capitale de la Thrace, située à l’entrée du Bosphore sur une partie de l’actuelle Istanbul.

Plus tard reconstruite par Constantin et renommée (il fallait s’y attendre) Constantinople en 330 apr. J.-C., elle deviendra la capitale de l’Empire romain, puis de l’Empire romain d’Orient et enfin celle de l’Empire ottoman à partir de 1453.

La Sublime Porte

En 1536, à l’initiative de l’un de nos ambassadeurs, et en référence à la porte d’honneur monumentale du grand vizirat, sous laquelle ledit zélé s’était pavané, notre légendaire french touch (à nulle autre pareille) qualifiait Istanbul de « Sublime ». La langue française, de coutume dans la toute l’aire diplomatique de l’époque, eut tôt fait de véhiculer cette appellation « La Sublime Porte » , aussitôt reprise telle quelle par toutes les chancelleries et désignant dès lors, le gouvernement ottoman, mais aussi par métonymie, la ville de Constantinople.

Istanbul est aujourd’hui une mégalopole de près de 15 millions d’habitants : les Stambouliotes. Un vocable, assez rigolo du reste, héritier d’un temps ou le suffixe -iote désignait les gentilés du Levant.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Filmekimi à Istanbul – jusqu’au 8 Octobre 2017

Art contemporain – Biennale 15e édition, jusqu’au 12 novembre

Biennale 2017 Istanbul

Foire du livre

Foire du livre à Istanbul
Foire du livre à Istanbul
© 2018 Istanbul Pera